Les Camelots du Roi lors des inondations de Paris en 1910

 

 

LES INONDATIONS DE 1910
LES CAMELOTS DU ROI, AU SECOURS DES SINISTRES

"Là où la République a versé le sang ouvrier, les royalistes reconstruiront les foyers. Ils n'auront, pas besoin d'ajouter à cela une démonstration de la vérité politique : ce symbole suffira"

Le royaliste Armand de Melun, en 1864 était, des pionniers à fonder la SBM Section Française de la Croix Rouge. Continuellement, les royalistes, seront, de la Révolution à nos jours, à l'écoute de la misère et soucieux de la justice sociale. Comme nous avions salué l'anniversaire de la fondation des Camelots du Roi en 2008, cela fait 100 ans aujourd'hui, que ceux-ci, dans un élan spontané, aidèrent les villes et communes, touchées par les grandes inondations de 1910.

L'imprévoyance gouvernemental était à son comble, tandis que l'eau submergeait de nouvelles localités, les citoyens se trouvaient désemparés devant les désastres s'amplifiant d'heure en heure. Ecoutons Maurice Pujo :" Il faut avoir visité, comme nous le fîmes le soir du 28 janvier, les abords d'Alfortville, et le lendemain, dans Paris même, le quartier de Javel, pour se faire une idée de l'abandon sinistre dans lequel se trouvèrent à se moment les populations sinistrées."

Tout manquait pour aider les citoyens malgré le dévouement de mariniers et de soldats dans les quartiers parisiens et la banlieue, de Javel, Grenelle, Clichy, Faubourg St Antoine, Alfortville, Neuilly, Gennevilliers, Asnières, Levallois, Issy, Athis-Mons Mons, Vigneux etc...

 


Une image apocalyptique que ces villes sous les eaux, souvent composés de pauvres ouvriers, n'ayant plus rien, affamés avec leurs enfants les yeux en larmes, sans ravitaillement, en proie aux pillages...L'État avait pratiquement disparu devant le drame. C'est alors que la Fédération Nationale des Camelots du Roi, d'à peine deux ans d'existence, fit face avec ses humbles moyens. Sans attendre, les volontaires royalistes affluèrent pour se mettre à disposition et organiser les secours pour la population dans le désarroi. La plupart de ces volontaires mourront dans le grand conflit qui arrivait, là aussi dans l'impréparation criminelle de la République et la trahison, pour d'autres comme Marius Plateau, après y avoir échappé, malgré de nombreuses blessures, ce sera l'assassinat politico-policier le 22 janvier 1923...

Les équipes s'organisèrent avec toute la rigueur de l'organisation d'élite des combattants du Roi, ravitaillements en nourriture, charbon et autres , aides, consolations et soupes populaires, rondes en canot contre les pillards.

La jalousie républicaine frappa dans le dos, en agressant ces volontaires, en divers endroits comme à Grenelle et Yssy les Moulineaux. Ces actes scandaleux apportèrent le soutient des plus récalcitrants de la population envers ces royalistes, mais rien n'arrêta leur détermination dans l'aide envers leur prochain. A Grenelle et Javel, les Camelots pénétraient dans les réduits les plus escarpés pour apporter la subsistance aux ouvriers, tandis que les étudiants royalistes en médecine  prodiguaient soins et consolation. Dans d'autres endroits comme l'ile de Jatte (Neuilly), les habitants dans la boue, étaient dans une misère épouvantable, seulement nourris de promesse gouvernementale. Les Camelots travaillèrent, sans répit pour y apporter le nécessaire. Imaginons les moyens de l'époque, rien qu'à Yssy les Moulineaux, la soupe populaire d'Action Française, apporta 1000 repas par jour et pendant 15 jours, apportant des subsistances régulières à 172 familles (822 personnes)...
Lorsqu'ils devaient partir, les Camelots eurent de nombreux remerciements et des signes de gratitudes, démonstration du pays réel face à l'incurie républicaine. Les ouvriers terrassiers syndicalistes révolutionnaires de Valenton et Vigneux disaient que si une organisation politique portait secours, ce ne pouvait être que les Camelots du Roi, rappelant que la République avait été plus prompt à s'occuper d'eux en 1908, pour les fusiller...

Imaginons le froid, la souffrance des populations, souvent humbles devant un tel abandon des institutions. Les opérations Camelots de sauvetage continuent sans faillir, souvent même en ralliant opposants politiques et des services institutionnels. Les quelques automobiles disponibles servent au ravitaillement, dons en nature et souscriptions sont faits par l'AF et redistribués aux nécessiteux...Les radeaux furent construits par le Camelot menuisier Lacour et plusieurs maisons sympathisantes apportaient leur aides. De tout part, les royalistes se mobilisaient pour les collectes de chaussures et vêtements. Les aides étaient délicatement apportés sans tapage politique et c'est ce qui faisait la différence avec d'autres, comme aujourd'hui encore...On savait que c'était des Camelots du Roi et qu'à la différence des partis politiques, aucune place en mairie, ne les attendaient, servir son prochain, c'était tout. Écoutons Pierre de Lange aux ouvriers d'Yssy :"Nous sommes venus à vous, parce que tous les Français sont frères et doivent se secourir dans le malheur. Nous l'avons fait sans intérêt..."

Il suffit encore pour s'en convaincre de voir les lettres de remerciements, comme celle d'un ouvrier de Vigneux :"Ce qui nous a le plus touchés, c'est qu'ils (les camelots) n'ont pas voulu profiter de la situation : ils se sont tus"...Les lettres des Sociétés de la Croix Rouge, des curés, des maires et des sinistrés. Tous les obstacles furent surmontés par l'organisation parfaite des Camelots du Roi jusqu'au dernier acte, la reconstruction des logements ouvriers à Vigneux.

N'oublions pas que malgré le combat incessant des royalistes, qui depuis 1789 essaient de redonner, au monde ouvrier des protections sociales, la République, avait supprimé les dimanches, les protections, le capital des corporations et mit dès l'âge de 5 ans les enfants au travail pendant plus de 10 heures par jour.Les ouvriers d'alors, vivaient souvent dans le dénouement, alors imaginons, la perte du logement, du travail, des biens, sans assurance.

Les Camelots décidèrent de créer un bien durable et s'organisèrent pour reconstruire des logements au nord de Vigneux, sur une grande plaine à Villeneuve St Georges. Cet endroit où Clémenceau et Briand, avait fait verser le sang des ouvriers terrassiers grévistes en 1908, en envoyant les cuirassiers."Là où la République a versé le sang ouvrier, les royalistes reconstruiront les foyers...Ce symbole suffira" disaient les Camelots. Plusieurs sociétés sympathisantes se mobilisèrent à l'appel des royalistes et le matériel arriva, des architectes  fournirent l'aide gratuite et les Camelots la main d'œuvre de l'aube à la nuit. Le 17 février, on commençait les constructions et le 20 avril, 25 maisons étaient prêtes, d'autres furent réparés et certaines transportés vers des lieux plus propices, la boue étant partout.
Les femmes royalistes veillèrent à ce que rien ne manqua aux foyers reconstruits, comme le mobilier et y apportèrent tous les soins nécessaires par des visites régulières. Les plus grands noms se mêlèrent aux plus humbles, comme pendant la chouannerie, comme toujours finalement.
Une petite image de Jeanne d'Arc, déposé sur chaque maison, fut la seule signature des Camelots du Roi. Les foyers, nouvellement reconstruits, furent vite tachés des affiches électorales mensongères, des exploiteurs du suffrage universel, avec leurs promesses illusoires.
Les Camelots avaient, comme le firent les défenseurs sociaux royalistes, avant eux, Berryer, De Mun, La Tour du Pin, Villermé, Barjemon, de Melun et tant d'autres durant le XIX eme siècle, soulagés par des actes les ouvriers, les grands perdants de la révolution française.
Les Camelots du Roi prouvaient encore que nous étions sociaux parce que royalistes.

 

Afin qu'ils ne soient pas oubliés :

Lucien Martin, Maurice Tissier, Couprie, Edmond de Rigaud, Georges Morizot, Pierre de Lange, Pierre d'Autremont, Henri Ménard, Morizot, Lucien Lacour, les frères Récamier, Fageau, Vivet, Joseph Jalade, Le vicomte d'Arjuzon, le comte Savigny de Montcorps, Victor Dubuisson, Trabaud, Th de Fallois, Marcel Freyder, Dubloc, Vives, Gerbaud, Magnier, Mazaud, Armand Hubert, Reiber, Arpentinier, Le Quen d'Entremeuse, Dauvilliers, Gross, Simart, Marius Plateau, Varenne, Dupuy Junier de Vienne, Poirier, Lavagne, les frères Lefèvre, Hié, Dividis, Genesteix, Pelouse, Hannier, J. de Trincaud la Tour, Jules de Trévillers, Maurice Maignen, Le Coz, Le Bourhis, Carlier, de Tréverret, Louis Maignen, Maudens, Queille, Vieillard, Yves Réal del Sarte, Maurice Lallemand, Coiffart, Le baron Tristan Lambert, de Perrinelle, Trabaud, Guyon, Caignart de Mailly, Jalade, Guérin, Verschote, Coutard, Gaston Para, Leclercq, Berthaut, Guy de Bouteiller, Gaston de Vasselot, Gerbaud, Joubert, MMe la marquise de Mac Mahon, MMe de Vasselot, MMe de la Soudière, MMe W.Bazin, Mlle Dadu, Mlle de Mas-Latrie, Armand Hubert, Georges Leleu, Rabourdin, Boulanger, Massieu, Vasier, Courtuéjouls, Rémy Gudin, Noël, Moutard, Armand Hubert, Deluigé, Ducrocq, André Royer, Albert Bertrand, R. Vathelet, Reygondaud, Rozières, Saguez, Maurice Tissier, Jean Dorange, Franche (Pt Comité Royaliste), Raymond Duval, Quéméré, Guy de Bouteiller, Dutac, Julien Montfort, Hubert, Orléans, Bernard de Vesins et Maurice Pujo...


Soupe Populaire : Raymond Duval et MMe, Julien Montfort et MMe, P. de Lange, Marcel E., de la Colombière, MMe Dupuis, Léon Graves...

Equipe Camelot du XIIe : Reiber, Stévenin, Gros, Paul Leroy, R. de Tournay, Coutard, Sousporte, Roger de Vasselot, Sauvat...

Equipe Camelot du XVe : Louis et Paul Lefèvre...

Equipe Camelot du XVIIe et Levallois : Caigniart de Mailly, Victor de Seilhac, Stévenin, Varenne, Leclercq, Gross, R. Allotte de la Fuye, Norbert P., Henri Hamon, Fernand Laurent, Eugène Brun, Maurice Tourneur, Sauville, Georges Charles, fred, Gandel, René Richard...

Les Professionnels et Entreprises : Maison Lacour et Ausseur (bois), Maison Hipp et Launay (construction), Maison Doyen (canots pliants), Maison H.Lemaire (alimentaire), Maison Moulin (charcuterie), M.Labie (cultivateur)...                      

Frédéric Winkler

 

Commandez la brochure :

"Les Camelots du roi lors des inondations de Paris" - 4,5 euros :

Cliquez ICI

 
Main page Search Contacts Search